Blog de Bruno Gerelli

2005 - 2014, une tranche de vie

Accueil > Ça s’est passé à Claix > Claix au fil des jours > Coup de coeur : Benoit Kopniaeff en Capitaine Fracasse

Coup de coeur : Benoit Kopniaeff en Capitaine Fracasse

lundi 28 juillet 2008, par Bruno Gerelli

C’est mon coup de cœur théâtral de l’été.

Après avoir assisté aux nombreuses représentations de qualité de ce printemps à Claix : du festival Detadam , à la truculente pièce jouée par la compagnie Ta2file en passant par les spectacles donnés par l’école St Pierre et la MJC, je me suis laissé tenté par une excursion culturelle à l’extérieur de la commune.

Sur les conseils de Christine Beaume, à quelques uns, nous sommes allés voir « Le Capitaine Fracasse » à Monestier de Clermont. La présence de Benoît Kopniaeff, Claixois d’origine, que nous avons déjà vu souvent sur la commune n’était pas étrangère à cette décision.

Dans un décor splendide (le château de Bardonnenche) qui semblait taillé sur mesure, nous avons revécu l’aventure du Baron de Sigognac qui rejoint Paris avec une troupe de comédiens, le tout agrémenté de combats comme on en voit dans les meilleurs films de cape et d’épée !

L’avis de Christine Beaume sur ce spectacle : Nous avons une fois de plus été témoins du rôle dynamique et fédérateur de la Culture dans les Communes…..En effet, « Capitaine Fracasse » s’est baladé de villages en villages dans le Triéves la semaine dernière, sous la houlette de son metteur en scène Michel Dibilio….Celui-ci a permis à nos chers voisins de pouvoir monter sur scène , s’exprimer dans la langue de Théophile Gauthier secondés par un Fracasse que nous connaissons bien puisqu’il s’agit du comédien Benoït Kopniaeff que nous ne présentons plus aux Claixois amoureux de théâtre et sensibles aux belles mises en scène et prestation d’acteur. Ce dernier nous a offert quelques belles chorégraphies d’escrime sous le soleil couchant du Triéves, agrémentées d’un soupçon de chansons et de course-poursuite à cheval (le regard ébahi des enfants… un vrai bonheur !) .
Mais le plus enthousiasmant dans ce type de manifestations est sans aucun doute la notion de « fête populaire » dans tout ce qu’il a de plus grand et de plus digne.
En effet, le villageois avaient illuminé leur commune de lampions, préparé une « soupe gauloise » dans un chaudron de cuivre disposé sur la place et installé une guinguette
Les gens étaient tout simplement heureux d’être là, ensemble et de partager ce vrai moment d’authenticité, au-delà des clivages sociaux, générationnels, ethniques
Il faut défendre à mon sens ce genre d’initiatives, il faut les encourager car elles représentent un peu de « l’exception culturelle française »

Portfolio