Blog de Bruno Gerelli

2005 - 2014, une tranche de vie

Accueil > Ça s’est passé à Claix > Editoriaux > Grippe aviaire : sur médiatisation salutaire ?

Grippe aviaire : sur médiatisation salutaire ?

jeudi 8 décembre 2005, par Bruno Gerelli

Extrait : « On n’avait pas le temps de sortir les morts. On les entassait dans une salle au fond du service de réanimation. Et on les évacuait quand on pouvait, dans la journée, le soir. » Aujourd’hui chef du service d’infectiologie du centre hospitalo-universitaire de Nice, le professeur Dellamonica a gardé des images fulgurantes de cette grippe dite « de Hongkong » qui a balayé la France au tournant de l’hiver 1969-1970. Agé alors d’une vingtaine d’années, il travaillait comme externe dans le service de réanimation du professeur Jean Motin, à l’hôpital Edouard-Herriot de Lyon. « Les gens arrivaient en brancard, dans un état catastrophique. Ils mouraient d’hémorragie pulmonaire, les lèvres cyanosées, tout gris. Il y en avait de tous les âges, 20, 30, 40 ans et plus. Ça a duré dix à quinze jours, et puis ça s’est calmé. Et étrangement, on a oublié. » ...
... 31 226 morts en deux mois, la grippe de Hongkong a tué en France deux fois plus que la canicule de 2003 ! Fait frappant, cette énorme surmortalité saisonnière est passée pratiquement inaperçue...

La suite de l’article de Corinne Bensimon sur Libération.fr

Autres temps, autres mœurs... Aujourd’hui, le virus de la grippe aviaire a fait quelques dizaines de morts, la maladie se situe en terme de risques et de décès très très loin derrière toutes les autres maladies connues, à commencer par la grippe classique qui tue quelques milliers de personnes chaque année... et pourtant... avant que les violences urbaines ne viennent prendre la première place médiatique elle faisait la une de tous les journaux.

On est pourtant très loin d’un quelconque risque de pandémie, en effet la grippe aviaire (ou peste aviaire ou grippe du poulet ou influenza aviaire) est une maladie animale qui atteint les volailles, les oiseaux domestiques et les oiseaux sauvages. L’homme n’est en principe pas réceptif à la grippe aviaire ce qui n’exclut pas qu’il peut contracter la maladie sous des conditions très spéciales, telles que cohabitation intensive et prolongée avec des volailles malades et secondée par une mauvaise hygiène générale. A ce jour, les personnes ayant contracté ce virus sont toutes localisées en Asie du Sud-est. Une transmission d’homme à homme n’est pas connue jusqu’à ce jour (pas de contamination interhumaine). Le principal risque est une mutation du virus (voir schéma)... qui n’a pas (encore ?) eu lieu et qui pourrait dans ce cas accélérer la transmission interhumaine.

Par contre, ce qui est finalement salutaire, c’est que la sur médiatisation a contraint tous les acteurs publics à anticiper sur les mesures à prendre... au cas où ! Abattage de poulets malades, mise à l’abri des volailles saines, surveillance renforcée des foyers infectieux, préparation dès fin 2004 de stocks importants d’antiviraux (dont le célèbre Tamiflu)...

... et donc si la mutation du virus survient... la détection sera plus précoce et les conséquences devraient être très largement atténuées par toutes les mesures prises.

Ce qui me fait dire que contrairement aux violences urbaines que la presse a attisées, la sur médiatisation de l’éventuelle pandémie de grippe aviaire, alors qu’elle n’est qu’une supputation, pourrait avoir comme conséquence l’absence d’apparition de pandémie.

Bizarre, non ? La communication sur un événement qui ferait disparaître cet événement !

PS : pour ceux que j’aurais inquiétés par cet édito, vous pouvez trouver plus d’infos sur www.infogrippe.com . Et éventuellement (il y en a qui ne perdent pas le sens des affaires) acheter un purificateur d’air pour vous mettre à l’abri !

A bientôt

Messages

  • Le groupe pharmaceutique britannique GSK a annoncé ce 25 juillet 06des résultats encourageants obtenus lors d’un essai clinique effectué au Centre de vaccinologie de l’Université de Gand, en Belgique. Bref un vrai vaccin pour 2007 !!!

    Voir en ligne : http://www.fep.com/chemises/