Blog de Bruno Gerelli

2005 - 2014, une tranche de vie

Accueil > Ça s’est passé à Claix > Histoire de Claix > La Libération de Claix

La Libération de Claix

vendredi 22 août 2014, par Bruno Gerelli

J’ai toujours été surpris que l’on célèbre, le 22 août, l’anniversaire de la libération de Grenoble et de quelques communes aux alentours mais pas celle de Claix. Notre commune n’était-elle pas occupée par les Allemands ? Qu’a-t-il bien pu se passer ce jour-là à Claix ?

21 juillet 1944 - char américain à Corps

J’ai eu la chance de croiser, pour répondre en partie à ces questions, Michel Picchiottino qui en 1944 avait 12 ans et habitait la Ridelet, au pied des escaliers qui mènent au pont de Claix. Son père exerçait la profession de « tamagnard » : il réparait les casseroles, étamait les couverts et faisait également le vitrier et le ramoneur. Il se déplaçait avec tout son matériel dans un char à bras.

Au sommet de l’escalier qui existe toujours, se trouvait un blockhaus qui verrouillait l’entrée du pont de Claix. Les Allemands logeaient dans ce qu’on appelle aujourd’hui la salle Mandrin (dans le pilier sud de l’ancien pont de Claix) et il existait un souterrain pour relier le blockhaus à la salle Mandrin.

Le premier souvenir de cet événement est l’attaque par les résistants venus par le champ des sources (de Rochefort) avec un fusil mitrailleur qui se sont positionnés au pied de la montée Georges Tord pour attaquer le blockhaus. De sa fenêtre sa mère a vu un allemand tomber sous les balles des maquisards. Finalement les Allemands sont partis du pont de Claix et les maquisards ont demandé aux riverains de s’éloigner, en attendant l’arrivée des Américains, pour éviter les représailles. Michel Picchiottino et sa famille sont allés se cacher à La Balme.

Je ne sais pas dire si cet événement est le même que celui rapporté sur http://leclosdeserables.free.fr/informations/8mai1945/aout1944.pdf :
« Lundi 21 août, à Pont-de-Claix, la section commandée par l’aspirant Raymond Muelle, du Bataillon de choc, reçoit l’ordre du commandement américain de prendre les ponts sur le Drac. Parachutés dans la Drôme quelques temps auparavant, les hommes de la section Muelle s’affrontent là à la résistance farouche d’une compagnie allemande : deux morts et cinq blessés du côté français et des pertes plus conséquentes du côté allemand. Mais dans l’après-midi, les Allemands refluent vers Grenoble et la voie est libre pour les forces américaines qui arrivent. Le 21 août au soir, la compagnie "K" du 3ème bataillon, du 143ème régiment et de la 36ème division d’infanterie américaine, commandée par le lieutenant-colonel Théodore Andrews arrive à Vif »

Toujours est-il que les Allemands sont rapidement revenus après cet épisode pour repartir le matin du 22 août avant l’arrivée des Américains stationnés à Vif.

Son épouse, qui était à l’époque à Varces, se souvient d’une jeep en tête suivie des chars. Les américains étaient accueillis avec enthousiasme et distribuaient du chewing-gum à la population.

JPEG

On retrouve un récit de cet événement à cette adresse : http://www.fortsteynard.com/22juin44_am_gre.htm
« Le 22 août au lever du soleil (…) le lll/143th (régiment d’infanterie US), avec le chef de Corps, le Colonel Adams, renseigné sur la vacuité des approches de Grenoble, dévale à toute allure vers Pont de Claix, que son avant-garde – une compagnie d’infanterie, un peloton de char et une batterie d’artillerie – atteint vers 7 heures. »

Claix est libéré !!!

De cet événement il en reste le nom de la partie claixoise de la route départementale 1075 (ex N75) par laquelle sont passés les alliés : avenue de la Libération, comme une partie du cours St. André qui est devenue cours de la Libération à Grenoble.


Cet article n’est qu’une approche de ce qu’a été la libération de Claix, il ne demande qu’à être complété par d’autres témoignages, photos ou informations.

Messages

  • très intéressant votre article. il faut se dépêcher d’avoir des renseignements car le temps passe...
    je n’ai rien d’autre à ajouter, je suis née en 55 et arrivée en isère qu’en 1992.