Blog de Bruno Gerelli

2005 - 2014, une tranche de vie

Accueil > Ça s’est passé à Claix > Histoire de Claix > Querelle autour d’un pont sur la Robine

Querelle autour d’un pont sur la Robine

lundi 5 août 2013, par Bruno Gerelli

La lecture des anciennes minutes de notaires révèle quelquefois des histoires dignes de Clochemerle ! Je vous en propose une qui traite de construction et de destruction de ponts sur la Robine.

Je résume la situation :
• Charles Mure, fermier de Dame Louise Joanin Deymard, qui habitait la Ronzy, empruntait un vieux pont de bois pour franchir la Robine et se rendre dans ses champs,
• à l’initiative de particuliers un nouveau pont est construit sur la Robine en amont,
• l’entrepreneur du nouveau pont détruit l’ancien pont,
• un an plus tard le nouveau pont est détruit sur ordre de Mr Royer,
• Charles Mure témoigne le 1er février 1769 chez le notaire Breton « pour luy servir (à Dame Joanin Deymard) le cas échéant à tout ce que le droit et la raison fait ».

L’histoire ne dit pas quel chemin emprunta le fermier après la destruction des 2 ponts ni ce qu’il advint aux destructeurs des ponts ! La suite se trouve surement dans les minutes suivantes.

La transcription du texte :

Par devant le Notaire Royal Soussigné en présence des
témoins cy après nommés le premier février après
midy mil sept cent soixante neuf, a été présent
Charles Mure fermier de Dame Louise Joannin
veuve de noble Jean Baptiste Deymard
Secrétaire du Roy au bureau des finances et Cha ???
du domaine du Dauphiné, lequel a déclaré en leurs
présences et celle des dits témoins, que
anciennement et de temps immémoré il y avait
un pont construit * sur la Robine vers léga ???
du vingtain qui servait pour communiquer
du chemin qui tend de la Ronzy aux fonds
qui sont au-delà de la Robine, lequel pont

fut détruit et enlevé par l’entrepreneur
des nouveaux pont que quelques particuliers
se sont avisé de faire construire sur
la Robine et la Pissarde au sujet desquels
il y a contestations devant ???? entre la
communauté et plusieurs opposants habitants
de la même communauté, que pour faciliter
la communiquation au-delà de la Robine avec
chares et autres attraits de cultures, il avait été
construit un autre pont aussy avec des madriers
au-dessus de celluy que l’entrepreneur a détruit
pour construire celluy qui donne lieu aux
contestations, lequel pont construit avec des
madrié na subsisté que environ une année et
a été détruit dans le courant du mois de juillet
mil sept cent soixante huit par l’ordre de monsieur
Royer, ce qui est de la connaissance du dit Mure
qui l’a vu détruire et que contre son devoir il
a gardé le silence n’en ayant convenu à la ditte
Dame Deymard qu’après qu’elle en a été avertie
par d’autres particuliers, laquelle ditte dame
avait défendu au dit Mure de passer ailleurs
que sur le dit pont construit en bois et
nullement sur le nouveau construit par
l’entrepreneur, déclarant au surplus le dit Mure
que contre le gré sur et consentement et
malgré les demandes réitérées de la dite dame
Deymard, lui Mure et son fils ont à la
sollicitation de plusieurs particuliers, travaillé
avec leurs bœufs attelés à un tombereau
pour rendre la rampe du dit pont pratiquable
faisant la présente déclaration à la dite dame
Deymard pour luy servir le cas échéant à
tout ce que le droit et la raison fait et
récitté au lieu de la Ronzy dans la maison
de la dite Dame Deymard en présence de
Joseph Fermoux maître cordonnier au dit lieu
et de Pierre Pallud ouvrier cordonnier aussi
leur témoins requis, Signé la dite Dame
Deymard non le dit Mure ny les témoins
pour ne savoir dire signés et requis (* avec
madriés)

Joanin Deymard
Breton

Portfolio

Messages