Blog de Bruno Gerelli

2005 - 2014, une tranche de vie

Accueil > Ça s’est passé à Claix > Histoire de Claix > Références Claixoises dans l’oeuvre de Stendhal

Références Claixoises dans l’oeuvre de Stendhal

dimanche 26 octobre 2008, par Denise Gerelli

Henri Beyle dit Stendhal

Dans le cadre de l’exposition claixoise sur Stendhal, j’ai relu avec plaisir ses principaux romans et me suis régalée à retrouver des anecdotes qui concernent Claix ou l’enfance de Stendhal à Claix.

Stendhal aime évoquer et se servir de ses souvenirs dans ses romans. Il s’inspire souvent des bons moments passés dans la propriété familiale de Claix à Furonnières et donne souvent à ses personnages des noms de lieux Claixois ou Dauphinois.

En voici quelques extraits et explications évoquant des lieux ou des personnages claixois

Le Rouge et le Noir (1830)
- Julien Sorel : « ...Je sens que je donnerais cent fois ma vie pour ce bon curé Chélan... »
L’abbé Antoine Chélan (1725-1804), était le curé de Risset près de Claix, un des rares prêtres qui ait attiré la sympathie de Stendhal.

- « Mais Julien (Sorel) s’était assuré qu’elle (mademoiselle de La Mole) avait toujours dans sa chambre un ou deux des volumes les plus philosophiques de Voltaire. Lui-même volait souvent quelques tomes de la belle édition si magnifiquement reliée. En écartant un peu chaque volume de son voisin, il cachait l’absence de celui qu’il emportait... »
Stendhal, qui partageait la même passion pour Voltaire, raconte, dans La Vie de Henri Brulard, qu’il volait des volumes de Voltaire dans l’édition en quarante volumes encadrés que son père avait à Claix, et qu’il en prenait deux en prenant soin d’écarter les autres pour qu’il n’y paraisse pas.

Lamiel (roman inachevé, écrit en 1839 et publié en 1889)
- « ...Ce chemin la conduisit aux tilleuls, dont elle voyait de loin la cime touffue s’élever par-dessus les maisons, et cette vue lui faisait battre le coeur. Je vais les voir de près, se disait-elle, ces arbres si beaux ! Ces fameux tilleuls la faisaient pleurer le dimanche puis elle songeait à eux tout le reste de la semaine... »
Un souvenir des tilleuls de la propriété familiale de Furonnières.

- « Un courrier expédié en toute hâte à Paris lui ramena l’oculiste le plus célèbre, M. de la Ronze.. »
Le nom de M. de la Ronze, fait allusion à la Ronzy, quartier de Claix.

- « ...Quoi, vous êtes bien plus jeune que moi et vous avez quatre lettres écrites dans le coeur ? S’écria le chevalier de Malivert, à qui son âge permettait de rire un peu... »
Malhivert, hameau de Claix, a donné son nom à ce chevalier.

Lucien Leuwen ( roman inachevé, écrit en 1834 et publié en 1894)
- « La présentation à madame de Furonière à peine terminée,madame de Commercy envoya appeler Lucien à chaque présentation... »
Furonnière est un hameau de la commune de Claix ou se trouve la maison de campagne (la maison des champs) du père de Stendhal.

De l’Amour, Ernestine (1822)
- « ...Le château qu’elle habitait seule, avec son vieux oncle, le comte de S..., bâti dans le Moyen Age, près des bords du Drac, sur une des roches immenses qui resserrent le cours de ce torrent, dominait un des plus beaux sites du Dauphiné... »
Il s’agit du Pont de Claix, une des 7 merveilles du Dauphiné.

- « ...Il s’établit à deux lieues du château du comte de S..., dans les solitudes de Crossey, du côté opposé au château de Mme Dayssin, et de là, chaque jour, il venait au bord du petit lac...) »
Cossey est un hameau de Claix.

Armance (1827)
- « ...A peine âgé de vingt ans, Octave venait de sortir de l’école polytechnique. Son père, le marquis de Malhivert, souhaita retenir son fils unique à Paris... »

- « ...Les gens de madame de Malivert découvrirent que leur maîtresse amenait successivement chez elle les médecins les plus célèbres de Paris, et presque toujours elle trouvait l’occasion de leur faire voir son fils... »

- « Elle les engageait à parler, et grâce à eux, au moins, de temps à autre, quelqu’un élevait la voix dans le salon si noblement décoré, mais si sombre, de l’hôtel de Malivert... »
Malhivert, hameau de Claix.

- « Une rangée de tilleuls taillés régulièrement trois fois par an en garnissait le fond, et leurs formes immobiles semblaient une image vivante de la vie morale de cette famille... »
Toujours en souvenir des tilleuls de la propriété familiale de Furonnières.

- « ...Octave, exprimant finement tout le mépris dont il était dévoré, trouvait dans la société le seul bonheur qu’elle pût lui donner, lorsque la duchesse d’Ancre s’approcha du divan sur lequel il était assis, et dit, non à lui, mais pour lui, et à voix très basse, à madame de la Ronze son amie... »
Le nom de l’ami d’Octave se rapporte à la Ronzy, quartier de Claix.

- « ...Ses cheveux du plus beau blond qui retombaient en grosses boucles sur le front qu’il (Octave) avait superbe, avaient surtout frappé la célèbre madame de Claix... »

- « Elle (Armance) pensait au baron de Risset, ancien chef vendéen, personnage héroïque, qui paraissait assez souvent dans le salon de madame de Bonnivet, mais ne s’y montrait que pour se taire... »
Risset est un quartier de Varces à la limite de Claix.

D’autre part, Stendhal qui était un grand amateur de cryptographie, avait pour habitude de représenter Claix par une clef, dans ses manuscrits.

Portfolio